Votre projet de délibération présente 6 volets qui en fait à bien étudier ne sont que les 6 axes de l’Appel à Projets précédent.

Quelques différences que nous pouvons qualifier d’importantes : - L’augmentation du financement aux CCAS - Le renforcement du paiement aux résultats - Le contrôle de service réalisé dans le cadre d’un marché public.

Paiement aux résultats, contrôle du service, les Commissions Territoriales d’Insertion jouaient ce rôle dans la proximité et travaillaient, sans faire appel à des opérateurs privés, à garantir un maillage du territoire en partenariat avec le monde associatif qui agrandissait son rayon d’intervention si besoin était.

Le dispositif Activ’Emploi existait déjà sous la forme de la Régie RSA.

Oui les difficultés de garde d’enfants sont réelles. Pas forcément les dispositifs classiques mais pour les mamans travaillant le week-end ou par horaires décalés ou pour un temps très court : quelques heures. Voilà où conduit la casse du Code du Travail : à poser des freins supplémentaires à l’emploi pour les femmes seules avec enfants.

La mobilité est un autre frein important. Quelles aides comptez-vous apporter à des associations portant des garages solidaires comme Ecaillon Solidarité Insertion, qui connaît des difficultés mais dont les rayons d’actions s’étendent sur l’ensemble du Douaisis ? Et depuis la fermeture du garage solidaire de Denain, les publics concernés se déplacent jusqu’à celui du Douaisis.

La réponse aux problèmes de mobilité passe aussi par un accompagnement renforcé de ces structures. Concernant la priorité aux jeunes de moins de 30 ans, l’idée paraît bonne mais ne remplacera pas le travail réalisé des Missions Locales que vous avez abandonnées. Comment les plateformes – emploi pourront-elles mieux faire que les Missions Locales avec moins de personnels ?

Votre projet de délibération n’évoque à aucun moment des financements pour l’accès aux soins pourtant de plus en plus difficile pour les personnes en situation de précarité.

Vous confirmez que la Santé et l’ensemble de l’insertion sociale ne sont plus du tout un début de priorité.

Vos propositions ne prennent pas suffisamment l’Humain en compte.

La logique comptable est votre priorité : c’est la logique du nouveau monde d’Emmanuel MACRON.

Votre logique financière mettra en difficulté les associations d’insertion qui travaillent dans la proximité et en définitive n’aideront pas les allocataires du RSA au contraire !

Dans ces conditions, le groupe communiste votera contre votre délibération.