Cette aide, réservée aux associations caritatives pour la distribution de nourriture, représente 1% du budget de la Politique Agricole Commune. Suite à un arrêt de la Cour de Justice de l’Union européenne rendu en avril dernier, la Commission européenne a décidé d’amputer les crédits du PEAD de 75 % dès 2012.

Les gouvernements de l’Union européenne font ainsi peser une menace directe sur l’activité des associations d’aide alimentaire.

Ce sont surtout des citoyens européens parmi les plus fragilisés qui risquent, au péril de leur santé et de leur vie, de ne plus bénéficier des distributions de repas jusqu’alors assurées par ces associations. 13 millions d’Européens et 4 millions de Français seraient sacrifiés. C’est inacceptable !

Face à une telle injustice, la nécessité d’une autre Europe, qui abandonne la soumission aux marchés financiers pour se mettre au service des attentes et des besoins des populations, et d’abord de celles qui souffrent, n’a jamais été aussi forte.

La construction d’une Europe de la solidarité passe par une mobilisation collective d’ampleur. C’est pourquoi le Groupe Communiste – Front de Gauche soutient l’exigence des quatre associations françaises d’aide alimentaire (Secours Populaire français, Croix-Rouge, Banque alimentaire et Restaurants du Cœur) qui lancent une action d’alerte alimentaire à Lille ce vendredi, afin que les gouvernements européens prennent les décisions qui s’imposent pour pérenniser le financement de la PAC et sauvegarder le PEAD.

Il demande également que cette autre construction européenne soit au cœur d’un projet alternatif de gouvernement.