Tout le contraire de ce qu’ont décidé le Président Emmanuel Macron et son Gouvernement en adoptant une hausse de la CSG non compensée pour les pensions supérieures à 1200 euros. Nos inquiétudes sont également fortes concernant la réforme des retraites qui s’annonce, mettant fin aux droits collectifs du système actuel au profit de pensions individuelles et insécurisées. Nous sommes aujourd’hui face à un réel devoir d’humanisme et j’ose espérer que la majorité de notre assemblée partagera là-aussi mon sentiment. Un flux important de mineurs étrangers isolés touche notre département et, peu importe nos convictions personnelles sur le sujet, nous ne pouvons décemment pas ignorer ni leur présence ni le fait qu’il s’agisse d’enfants et d’adolescents, bien souvent sans aucun repère. Avec la récente annonce d’une rallonge budgétaire de l’Etat, modeste mais insuffisante puisque l’ADF chiffre les besoins à 1 milliard d’euros, nous ne sommes pas en droit de relâcher les efforts déjà amorcés par le département. Suite aux nombreuses manifestations, vous n’êtes certainement pas sans savoir la détresse grandissante au sein des maisons de retraites. De leurs salariés, d’abord, et par conséquent de leurs résidants qui voient leurs conditions de vie se dégrader de jour en jour, la faute à la fatigue croissante des personnels qui s’efforcent courageusement de compenser leur faible nombre, comme s’ils n’avaient pas conscience que 10% de leurs postes risquaient encore d’être supprimés. L’écart se creusant, les EHPAD publics ont de plus en plus de difficultés à assurer les services attendus. La suppression de contrats aidés et le manque cruel de moyens font qu’ils attendent encore beaucoup de votre part. En revanche, nous redisons tout notre soutien au développement des formes de logements inclusifs, de type maison-âge. J’aimerai également revenir sur la récente mise en place du relais autonomie. Il s’agit en fait d’une labellisation des CLIC et CLIRPA existants. Une initiative censée simplifier les démarches administratives, qui intègrera cette année des services supplémentaires via internet et téléphone dans le but de favoriser le maintien à domicile des personnes âgées. Une excellente initiative si on oublie de préciser que suite à cette transformation, le budget a augmenté de 11%, ce qui est ridicule quand on souhaite à la fois développer ses services et étendre ses bénéficiaires aux personnes handicapées. Ce relais autonomie mérite définitivement que l’on s’assure qu’il dispose des moyens correspondant à ses ambitions. Enfin, un dernier mot sur les Services d’Accompagnement Parentaux (SAP) qui devront à notre sens être bien plus épaulés et développés, ainsi que sur le logement accompagné, en cours d’expérimentation actuellement, qui, malgré votre politique d’insertion trop timide et restrictive, nous semble pour le coup être un dispositif à fort potentiel et nous encourageons le département à contribuer le plus possible à son développement. Pour conclure, le Budget Autonomie, certes en légère hausse par rapport à l’année passée reste bien en deçà de ce qu’il était encore en 2015 (671 millions d’euros contre 682,9). Cette responsabilité envers les plus fragiles nous revient et nous avons le devoir de l’assumer tout en soutenant toutes ces associations et instances qui ont continué, malgré les restrictions, à faire preuve de solidarité et d’humanisme. Force est de constater que ce ne sont malheureusement plus les besoins humains qui servent à déterminer les moyens financiers à mettre à disposition de ces établissements. Ce sont les moyens financiers, calculés suivant des critères de rentabilité, qui déterminent désormais les possibilités d’intervention. Mais peu nous importent la loi de finance et tous ces aléas financiers et politiques qui nous divisent et cherchent à semer la confusion. Nous représentons le département ; et, nos priorités, rappelons-le-nous, sont et resteront nos concitoyens et leur qualité de vie. Je vous remercie de votre attention.