7500 emplois, c’est le nombre de suppression de postes annoncé par le groupe automobile français Renault d’ici 2016.

Cela représente plus de 17% des effectifs du groupe en France, dont plus de 1000 postes seraient menacés à l’usine de Douai selon les syndicats.

Face à ce démantèlement des emplois du groupe Renault, et plus largement de l’ensemble des constructeurs automobiles français, le Groupe Communiste – Front de Gauche du Conseil Général du Nord soutient les salariés et dénonce cette course à la compétitivité et à la rentabilité de l’entreprise.

Il apparaît aujourd’hui plus que nécessaire d’interroger et de repenser la stratégie et la politique du constructeur. Les engagements en terme d’investissement prévus par le groupe Renault, notamment sur le site de Douai, doivent être réalisés afin de garantir les emplois.

Actionnaire à hauteur de 15% du groupe Renault, l’Etat ne peut et ne doit pas rester inactif face à une telle situation. Il se doit de promouvoir une véritable politique nationale de ré-industrialisation, afin de maintenir et développer l’emploi, la formation, la recherche et l’environnement, les investissements dans les entreprises, et ainsi relancer la croissance économique.