Si Toyota Onnaing a récemment fait l’objet d’une annonce positive avec la fabrication de la Yaris à motorisation essence pour le territoire nord américain, il n’en reste pas moins que la situation économique et sociale continue de se dégrader et que l’inquiétude grandit dans divers secteurs, à l’image de la situation de Sevelnord Hordain pour ne citer qu’elle.

Parallèlement, les délocalisations continuent, les charges et cadences de travail ne cessent de s’amplifier mais les salaires et la situation de l’emploi ne s’améliorent pas.

Face à ces fermetures d’usine qui se poursuivent chaque jour et à l’inquiétude croissante des salariés et de leurs familles, face à un chômage qui s’aggrave et frappe de nombreux jeunes, il est plus que jamais urgent d’agir en soutenant l’emploi, la formation et la production de richesses réelles.

C’est là un enjeu considérable, à la fois social, par le maintien de viviers d’emplois, stratégique, par le développement de filières industrielles respectant les savoir-faire, mais aussi et surtout humain.

A l’heure où l’on apprend que notre pays compte plus de 3 millions de chômeurs, à l’heure où le Valenciennois et le Nord continuent d’afficher un taux de chômage supérieur à la moyenne nationale et des indicateurs sociaux dans le rouge, il est grand temps de rompre avec les politiques menées ces dernières années ayant conduit à ces échecs.

Il est urgent de décréter un moratoire sur tous les plans sociaux afin de rechercher des solutions alternatives s'appuyant notamment sur les contre-propositions des salariés. A cela doit s’ajouter l'adoption d'une loi sur l'interdiction des licenciements boursiers et l’instauration de pouvoirs nouveaux pour les salariés afin de réorienter les choix de gestion.

Plus que tout, il convient de mobiliser autrement l'argent des entreprises, des banques, des fonds publics et de réorienter la Banque Centrale Européenne pour une utilisation de la monnaie et du crédit favorisant la création, la sécurisation, la promotion de l'emploi, de la formation et des revenus du travail. Cela nécessite également de rompre avec l’austérité que le Pacte Budgétaire Européen compte d’ailleurs graver dans le marbre.

Au-delà, et compte tenu de l’importance économique et sociale de l’industrie valenciennoise, je réaffirme la nécessité de créer un pôle industriel régional englobant l’automobile, le ferroviaire, la chimie.

Ceci dans le but que soient réellement pris en compte par une approche diverse et multi-partenariale l’intérêt général, la question des salaires, l’amélioration des conditions de travail, les droits des salariés et représentants syndicaux, le développement de l’emploi dans une région durement touchée par le chômage, sans oublier le souci de construire un avenir durable.

Et puisqu’il est question d’industrie et d’emploi, je me dois également de vous relayer la forte volonté du Valenciennois de voir le Canal Seine Nord Europe se concrétiser. Ce projet devrait entrainer la création de 4 500 emplois directs qui pourraient concerner les habitants du territoire dès 2013, 25 000 emplois à l’horizon 2025, et doit impérativement voir le jour.

Dans l’attente de vous lire,

Je vous prie de croire, Monsieur le Ministre, en l’assurance de ma haute considération.

Fabien THIÉMÉ

Maire de Marly

Vice-Président du Conseil Général du Nord