En ce sens, je me félicite d’avoir obtenu en ma qualité de Maire la signature conjointe de Monsieur le Président du Conseil Général et de Monsieur le Préfet pour la création de deux sites conjoints de 2 x 30 places à Marly : un Foyer pour Autistes et un Foyer d’Accueil Médicalisé.

Outre l’effet bénéfique sur la prise en charge des personnes souffrant d’autisme et sur la proximité ainsi offerte aux familles auparavant contraintes de se rendre à l’étranger et notamment en Belgique, ces deux projets aboutiront également à la création de 50 emplois non délocalisables.

Il s’agit là selon moi, et c’est valable également pour la structure d’Aubry-du-Hainaut, d’un bel exemple de développement social et économique qui doit inciter notre pays à se doter désormais des moyens financiers suffisants, ce qui malheureusement n’est pas encore le cas et risque d’être compromis par les récents plans d’austérité décidés aveuglément.

Si c’est vrai pour l’autisme, ça l’est également pour ce qui concerne les champs de la santé, du médico-social, et plus généralement du bien-être des familles.

Cette question, dans le Valenciennois et le Nord-Pas-de-Calais, est véritablement cruciale.

Rappelons en effet que le Nord-Pas-de-Calais, le Valenciennois étant en première ligne, est confronté à une situation sanitaire et médico-sociale alarmante.

L’espérance de vie est de très loin inférieure à la moyenne nationale. Le taux de mortalité infantile y est largement supérieur. C’est ainsi que notre Région se classe dernière sur l’ensemble des indicateurs sanitaires. A cela s’ajoutent un taux de chômage et une précarité accrus. On pourrait encore citer la question des victimes de l’amiante.

Dans ce cadre, je me dois de condamner les politiques menées par l’Etat ces dernières années qui n’ont fait qu’aggraver notre système de soins et de protection sociale, et ont conduit bon nombre de familles à renoncer aux soins faute de moyens.

Face à un tel contexte, l’attitude de l’Etat vis-à-vis d’un Département comme le Nord est d’ailleurs inacceptable.

Un Etat dont il est grand temps qu’il rembourse au Conseil Général du Nord, et donc aux familles Nordistes, sa dette de 2 milliards d’euros, qu’il doit depuis 2004 au titre du défaut de compensation des allocations de solidarité que sont l’Allocation Personnalisée d’Autonomie, la Prestation Compensatrice du Handicap et le Revenu de Solidarité Active.

A titre d’exemple, et afin d’illustrer les conséquences concrètes de ces choix, plus de 500 adultes handicapés nordistes sont aujourd’hui contraints de trouver une solution d’hébergement en Belgique. C’est là un double non-sens tant humain qu’économique.

En conclusion, si l’on peut se réjouir de l’inauguration d’une structure d’accompagnement pour enfants autistes à Aubry-du-Hainaut, il n’en reste pas moins que l’ensemble des clignotants sont au rouge.

Il est urgent que le Nord, Département qui a tant contribué à l’essor de notre pays, fasse l’objet de la part de l’Etat d’un traitement positivement inégalitaire. C’est d’ailleurs encore plus vrai pour le sud du Département, et en particulier le Valenciennois.

Madame la Ministre, je vous demande aujourd’hui, et à nouveau, de prendre toute la mesure de la gravité de cette situation et d’agir en conséquence via des mesures concrètes et des moyens financiers nouveaux.

Notre Région a plus que jamais besoin d’un plan ambitieux et urgent pour rattraper un retard inacceptable et faire en sorte que les familles Nordistes aient pleinement droit au bonheur et à la dignité.

Vous souhaitant bonne réception de la présente et dans l’attente de vous lire,

Je vous prie de croire, Madame la Ministre, en l’assurance de ma haute considération.


Fabien THIÉMÉ

Vice-Président du Conseil Général du Nord

Maire de Marly