Les quatre associations qui distribuent cette aide en France, à savoir le Secours Populaire Français, la Banque Alimentaire, la Croix Rouge et les Restos du Cœur sont aujourd’hui dans la plus grande inquiétude.

Le programme social de la Commission européenne pour les prochaines années doit être voté fin novembre. Le risque est que les crédits du PEAD, dispositif créé dans le cadre de la politique agricole commune, ne soient intégrés dans le fonds de cohésion sociale européen, ce qui diminuerait considérablement l'enveloppe et ne permettrait plus de faire face à l'accroissement des besoins.

Une telle décision serait inacceptable, a fortiori en pleine période de crise, et déshonorerait l’Union Européenne qui rappelons-le compte 80 millions de personnes vivant sous le seuil de pauvreté.

Monsieur le Président, la France doit faire entendre la voix de la solidarité et de la justice envers les plus démunis. Il est ici question, ni plus ni moins, de dignité humaine.

C’est pourquoi, j’ai l’honneur de vous demander ce que vous comptez mettre en œuvre pour que les légitimes revendications des diverses Banques Alimentaires soient entendues et que soit maintenu le Plan européen d’aide aux plus démunis, aujourd’hui plus que jamais indispensable.

Persuadé de l’intérêt que vous porterez à la présente,

Je vous prie de croire, Monsieur le Président, en l’assurance de ma haute considération

Fabien THIÉMÉ Maire de Marly Vice-Président du Conseil Général