Sans oublier bien entendu la prépondérance des moyens qui doivent être alloués à la recherche. A cet égard, sachons que selon l’Institut national du cancer moins de 700 millions d’euros sont accordés à la recherche publique alors que les soins et la perte de production du fait des décès précoces s’élèvent respectivement à 11 milliards et 16,9 milliards.

La protection de l’environnement et la sécurité sanitaire doivent devenir un impératif incontournable, indissociable de ce besoin impératif d’ouvrir des perspectives alternatives pour la santé et la protection sociale.

La période est charnière à mon sens.

En 1995 les ordonnances Juppé ont marqué une nette aggravation pour la protection sociale et l’organisation sanitaire. Pour autant, entre 1997 et 2003, ces ordonnances n’ont pas été annulées. N’en sera-t-il pas de même avec la loi « Bachelot » si nous ne nous mobilisons pas ? Pour sa part, le groupe communiste front de gauche est très clairement pour l’abrogation de cette loi et surtout pour l’ouverture d’un vrai débat avec les professionnels, les salariés et les usagers pour construire une réponse progressiste aux besoins de santé. Pour ce faire, la proposition de mise en place d’Assemblées Citoyennes sur tous les territoires est à notre sens la meilleure réponse immédiate à ce besoin de rassemblement des énergies et de concertation.

L’exigence de démocratie est une demande forte des personnels, professionnels et usagers face à l’autoritarisme et la technocratie des réformes engagées depuis plus de 20 ans

Car le développement de la promotion de la santé doit se matérialiser concrètement en des politiques favorables à la santé dans l’enfance, à l’école, au travail et au plus près des lieux de vie- associations, clubs sportifs. Il faut en effet donner aux citoyens les moyens de s’informer des enjeux de santé et de participer aux décisions.

Nous constatons actuellement l’insuffisance de résultats dans les campagnes de préventions et de dépistages telles celles du cancer du sein et du cancer colorectal. L’une des observations récurrentes rapportées est l’absence d’adhésion à ces campagnes des usagers socialement les plus vulnérables auprès desquels les méthodes d’information classiques ne sont pas efficaces.

Notre Collectivité peut se prévaloir d’un réel savoir-faire dans cette approche de proximité de ces problématiques.

Nous sommes en effet impliqués dans la prévention et la lutte contre les cancers par trois axes :

-Le conventionnement triennal avec l’Etat, au titre du dépistage -Les actions de prévention menées par les Services de Prévention Santé -Les subventions exceptionnelles

La convention avec l’Etat se traduit sous la forme d’un partenariat avec l’ADCN, financier à hauteur de 110 000€ annuellement, et humain puisque les équipes de chaque Service de Prévention Santé se mobilisent pour sensibiliser les Nordistes et leur public régulièrement suivi aux programmes de dépistages organisés des cancers du sein et du colon. Compte tenu de leur proximité, ils se font aussi le relais de toutes les manifestations organisées par l’ADCN, citons par exemple « Octobre Rose » pour le cancer du sein et « Colon Tour » pour le cancer colo-rectal. Le Département participe aussi aux Comités Locaux d’Accompagnement des Dépistages mis en place par l’Agence Régionale de Santé.

Les actions menées par les Services de Prévention Santé sont nombreuses par ailleurs, que ce soit au titre de la prévention contre les cancers des voies aériennes supérieures ou de celui du cancer de la peau pour ne citer que ces exemples significatifs.

Je ne vais pas ici reprendre dans le détail l’ensemble des actions de nos services maillant le territoire, j’aurai d’autres occasions de le faire et vous en connaissez la plupart d’entres-elles mes Chers Collègues qui êtes élus de terrain.

Je rappellerais néanmoins l’apport aux structures associatives que représentent les subventions exceptionnelles que nous souhaitons les plus en adéquation possibles avec les actions auprès des publics concernés. Nous aurons à ce titre d’ailleurs l’occasion très prochainement d’échanger sur l’aide apportée aux personnes victimes de l’amiante.

Dans ce cadre là et s’agissant de la délibération qui nous engage aujourd’hui dans un partenariat avec le Comité du Nord de la ligue contre le Cancer, vous avez pu constater à la lecture du rapport combien l’activité de la structure est importante et fondamentale eu égard aux besoins dans une région fortement touchée par les principaux types de cancer que j’ai évoqué. Souvent plus qu’ailleurs hélas.

Il s’agit bien entendu d’une première étape, nous l’inscrivons dans une action spécifique- l’agenda que je vous présente ici – et je tiens à ce que sa pertinence soit évaluée avec les services du Département dans la perspective éventuelle de pérennisation.

A ce titre d’ailleurs, il me semblera important dans un second temps de prévoir une audition du Comité au sain de la commission « Lutte contre les exclusions, Enfance, Famille, Jeunesse, santé ».